Histoire

La ville de Cernavodă, tout aussi que ses alentours, a parcouru, par les riches vestiges découvertes, les étapes de l’évolution de l’histoire depuis le Néolithique, en passant par l’Epoque des Métaux, par la culture des Daco-Getians, puis des Romains, par les commencements du féodalisme, jusqu’a nos jours.

La culture de Hamangia

5000-2500 avant notre ère – Sur le territoire présent de la Roumanie s’est manifestée la culture néolithique de Hamangia. La culture de Hamangia est mise en connexion avec une population venue d’Anatolie, étant la plus ancienne culture néolithique de Dobrogea. La création principale de cette culture est constituée par les statuettes découvertes à Cernavodă (Le Penseur et son épouse), représentant des vrais chefs-d’œuvre de la sculpture néolithique.

Siècle III avant notre ère - 1025
  • Siècle III avant notre ère – A environ 3 km sud de la tête du présent pont de Cernavodă, sur le versant droit du Danube, a la hauteur de l’ile Hinog, le roi thrace Lysimach a fondé la cité d’Axiopolis. Le nom de la ville dérive de l’ancien mot
  • thrace aksena = noir, qui puis a été hellénisé et est devenu Axio-polis. La cité réjouit d’une réelle importance dans cette période, tout comme dans les périodes quand elle est sous le règne de Geto-Dacians ou Romains.
  • Siècle II avant notre ère – Sur Tabula Peutingeriana, carte antique qui indique les plus importantes voies de l’Empire Romain, la ville d’Axiopolis est aussi mentionnée.
  • Année 280 – A partir de cette année, la cité d’Axiopolis fait partie de la province romaine Scythia Minor, ayant la capitale a Tomis et attachée au diocèse de la Thrace.
  • Année 304 – Le martyrage du Saint Martyr d’Axiopolis, Tasius ou Tasios (Dasius), soldat dans l’armée romaine. Du martyrage de Tasios nous apprenons qu’à Axiopolis on célébrait les Saturnales, dans l’honneur du dieu Saturne, le dieu du temps. Dans le cadre de ces cérémonies on éluait un „roi des Saturnales” qui pendant 30 jours avait la permission de faire toute action illégale qu’il désirait. A la fin des 30 jours il était tué à coups d’épée.
  • Les années 337-361 – Epoque de fleurissement de la province Scythia Minor, à Axiopolis arrivent plusieurs prêtres qui prêchent en latin la croyance chrétienne à la population locale. C’est la preuve qu’a Axiopolis il y avait une population importante qui parlait latin.
  • Les années 361-363 – Durant le règne de l’Empereur Julien l’Apostat, on fortifie les cités sur le Danube, parmi lesquelles la cité d’Axiopolis. De même, on répare aussi les routes de la province Scythia Minor.
  • Siècle X La région de Dobrogea est réintégrée dans l’Empire Byzantin. Sous les pressions des invasions des Pechenegs, des Udes, des Coumans et des Tatars, on a refait plusieurs cités de frontière parmi lesquelles Axiopolis.
  • Les années 976-1025 On construit les trois réplis de terrain fortifiés entre Constanţa et Cernavodă. Le troisième, en pierre, part du sud de la cité d’Axiopolis et arrive au bord de la mer.
Siècle XIV

Axiopolis fait partie de la formation politique autonome, Dobrogea, sous le règne de Balica et Dobrotici.

Siècle XIII-XIV

A Axiopolis il y a un épiscopat. L’évêque Cyrilus avec les „bons Chrétiens” Quindius et Zenonis on été martyrisés ici.

Mircea cel Bătrân unit Dobrogea a la Valachie

Les années 1388-1389 Mircea cel Bătrân (Mircea le Sage) unit Dobrogea a la Valachie, apres avoir battu les Turques. Il est soutenu par les habitants de Dobrogea, et l’une des luttes a lieu près de Cernavodă.

Dobrogea est conquise définitivement par les Turcs

Année 1420 Dobrogea est conquise définitivement par les Turcs. Les lieux souffrent un sérieux changement. Les villages reçoivent de la population turque et des noms turcs, les villes sont occupées par des garnisons et administration musulmanes. Au lieu des églises on bâtit des mosquées.

Vlad Ţepeş passe le Danube

Année 1461 Vlad Ţepeş passe le Danube et attaque la plupart de toutes les cités de la rive droite du fleuve, parmi lesquels Cernavodă, en tuant plus de 20 000 Turcs.

Mihai Viteazul entreprend une expédition au-delà du Danube

Les années 1563-1595 Mihai Viteazul (Michel le Brave) entreprend une expédition au-delà du Danube, en conquérant les cités Rasova, Cernavodă et Babadag.

Evlia Celebi

Les années 1650-1660 Evlia Celebi (historien, géographe et l’un des plus connus voyageurs ottomans) mentionne Rasova comme ville commerciale et Cernavodă comme une habitation „similaire a une ville”.

Mikes Kelemer

Les années 1738-1740 Mikes Kelemer (homme politique et essayiste d’origine hongroise, né en Transylvanie et surnommée le Goethe de l’Hongrie), voyage dans la zone de Cernavoda et atteste l’existence d’une puissante population roumaine.

La première et la plus ancienne école roumaine de Dobrogea

Année 1766 On crée à Cernavodă la première et la plus ancienne école roumaine de Dobrogea, ouverte par l’enseignant Ioan. Le 5 mars on a emmène a l’école un enfant roumain de Braşov, file de Mihai / Michel le Couturier, qui a étudié la pendant plus de 6 ans. On ne sait rien sur le sort de cette école après 1772.

„Droits nationaux et politiques des Roumains en Dobrogea”

Année 1770 Dans le livre „Droits nationaux et politiques des Roumains en Dobrogea”, Nicolae Iorga mentionne que « L’Evêque Neofit de Cernavodă” traduisait cette année des livres grecs en roumain.

„Le lieu de confluence”

Siècle XVIII Cernavodă était connue sous le nom turc de Bogazschioi, qui signifie „Le lieu de confluence”.

Alexandru Ipsilanti

Année 1777 Le prince de Valachie Alexandru Ipsilanti fait des donations aux églises roumaines de Babadag et Bogazschioi.

Les Russes traversent le Danube

Année 1828 Les Russes traversent le Danube sur un pont à la hauteur de Cernavoda, pour attaquer Silistra.

La zone de la ville de Cernavodă est colonisée par les Ottomans

1861-1865 La zone de la ville de Cernavodă est colonisée par les Ottomans avec des Circassiens venus de la Russie.

Alexandru Ioan Cuza

Le 26 Mai 1864 Le Prince Alexandru Ioan Cuza voyage sur la route Cernavodă-Constanţa en allant vers Istanbul. A Cernavodă il est salué au bord du navire Sofia par Sali-Pacha, général de brigade, qui est resté comme attaché auprès du prince pendant son entier voyage en Turquie. Le prince a passé la nuit au bord du navire, et le lendemain il est monté dans un train spécial.

Le docteur Carol Davila, qui voyageait avec le Prince Cuza, envoie une lettre a sa femme, dans laquelle il parle sur la misère des refugiés Circassiens de Cernavodă.

La mosquée de la ville de Cernavodă

Année 1868 Memet Efendi construit la mosquée de la ville de Cernavodă. On dit que la mosquée a été construite avec de la pierre d’un ancien pont sur le Lac Carasu, peut-être le pont romain. Auprès la mosquée il y a avait une école turque avec un enseignant avec diplôme et habitation personnelle.

Année 1879 On établit la Capitainerie du Port de Cernavodă
A Cernavodă est né Nicolae D. Chirescu

En Novembre 1880 A Cernavodă est né Nicolae D. Chirescu, deux fois maire de la ville, (sept.1907-feb1911 at jan.1914-mar.1919), membre du Parlement sous le gouvernement de Iorga et président de la Ligue Culturelle de Constanţa.

L’église „Les Saints Empereurs Constantin et Elena”

Année 1882 On construit l’église „Les Saints Empereurs Constantin et Elena” de Cernavodă. Elle a été consacrée en 1895 par l’Evêque D.D. Partenie du Bas Danube. La peinture de l’église porte la signature du peintre Vermont. Pendant la Première Guerre Mondiale l’église a été bombardée et puis profanée.

La commission pour l’étude et l’examen des projets pour la construction du pont sur le Danube

En Septembre 1883 A Cernavodă, au bord du navire „Etienne le Grand” se réunit pour la première fois la commission pour l’étude et l’examen des projets pour la construction du pont sur le Danube. Pour la construction du pont 8 sociétés étrangères ont déposé leurs projets. Aucun n’a été approuvé.

La statue d’Ovide

En Septembre 1884 On voit arriver de l’Italie, sur le fleuve, la statue d’Ovide – exécutée par Ettore Ferrari. Pendant 3 ans la statue est restée gage dans la gare de Cernavodă. „Ce nouveau exile a convaincu quelques dames d’organiser une fête au bord de la mer et un concert au Casino pour sortir le poète de son prison en bois, car les dirigeants font toujours les choses a moitié.” écrivait le journal Farul Constanţei / Le Phare de Constanta.

Mihail Kogăniceanu

Le 16 mars 1889 Mihail Kogăniceanu exige dans le Parlement que la grande construction du pont de Cernavodă soit confiée à l’ingénieur roumain Anghel Saligny.

La première fabrique d’eaux gazeuses de Dobrogea

Année 1890 Les Frères Cohn établissent a Cernavodă la première fabrique d’eaux gazeuses de Dobrogea.

La construction du pont de Cernavodă

9 octobre 1890 On commence la construction du pont de Cernavodă, la pierre de fondation étant mise par le Rois Charles le Premier. A la cérémonie la consécration est officiée par le prêtre Dimitrie Chirescu.

La cérémonie d’inauguration du pont sur le Danube

Le 14 septembre 1895 (a 15:00 heures) La cérémonie d’inauguration du pont sur le Danube est conduite par Charles le Premier. Conformément au programme de la fête, un train est parti a 9 heures de la Gare de Nord, les invités arrivant a Cernavodă a 12 heures. Dans le cadre de la cérémonie de rigueur, avec des discours et hourrahs de la part de l’assistance, le Roi Charles le Premier a mis le dernier rivet du pont qui allait porter son nom. Le Premier Ministère de l’époque a tenu un discours célèbre: „Votre Altesse! Avec les soldats du pays Vous avez vaincu dans les plaines de la Bulgarie, et avec les maitres du pays Vous avez mis a genoux le grandiose Danube”. A son tour, le souverain exclamait: „La réalisation du pont sur le Danube, désirée depuis un quart de siècle par Nous, est aujourd’hui un fait accompli et impressionnante s’élève devant nous cette grandiose œuvre comme un témoignage réel de la force du Royaume. Le génie humain, dans lequel on doit se refléter le progrès et l’essor puissant de la Roumanie, a vaincu toutes les difficultés, a éliminé tous les obstacles, pour exécuter cette durable cet immortel travail, qui doit montrer au monde que le peuple roumain est digne de son bel appel au bouches du Danube et les Portes de l’Orient”.

Le 14 septembre 1895, seulement 5 ans après l’ouverture effective du chantier, sur le pont de Cernavodă, un convoi de 15 locomotives lourdes ont parcouru, a une vitesse de 80 km/h l’entière longueur de la plateforme pendant que, conformément a la presse du temps, sous le pont, d’un bateau ou il se trouvait avec quelques ouvriers, le réalisateur du projet et le constructeur –Anghel Saligny même, dont le nom n’a été mentionné ni même une seule fois durant la cérémonie – donnait, par sa simple présence, la garantie de la qualité et de la résistance de cet ”ouvrage d’art” devenu légendaire.

La station de hydrométéorologie

Année 1896 On établit la station de hydrométéorologie de Cernavodă.

A commencé les excavations a Axiopolis

Année 1898 L’historien Grigore Tocilescu, connu en principal pour les recherches entreprises au Monument d’Adamclisi, a commencé les excavations a Axiopolis. On trouve trois quartiers renforcés par des murs: deux au nord et un autre au sud, d’une date plus récente.

Est ne Emil Cioran

Le 8 avril 1898 Est ne a Cernavodă, le même jour que Emil Cioran (mais 13 ans plus tôt), Alexandru Claudian (d. 1962), poète, sociologue et philosophe. Auteur de plusieurs volumes comme: „Recherches philosophiques et sociologiques”; „Le collectivisme et la philosophie de Platon ”; „L’antisémitisme et ses causes sociales; esquisse sociologique” et considéré l’un des plus grands philosophes roumains, étant étudié dans toutes les facultés de profile du pays.

L’illumination électrique

Année 1905 On introduit l’illumination électrique a Cernavodă.

La ville commence son alimentation a eau de l’usine Hinog.

Pendant la Première Guerre Mondiale

Le 24 Octobre 1916 Pendant la Première Guerre Mondiale, durant l’occupation de Dobrogea par les troupes allemandes-turques-bulgares, à Cernavodă a lieu une acerbe résistance. La défense faite a la ville par les troupes roumaines de la Seconde Division et les navires moniteurs sur le Danube est l’un des moments héroïques de notre guerre d’union nationale. Même après la brave résistance l’armée roumaine est obligée de se retirer vers Hârşova et la ville est occupée par les troupes ennemies. Elles détruisent le pont sur le lac Iezer et causent de grands dommages aux habitants et aux usines de la ville.

Carl Schuchardt şi R. Netzhammer

Année 1916 Arrivés a Dobrogea avec l’armée allemande, les archéologues Carl Schuchardt et R. Netzhammer entreprennent des excavations dans une station néolithique de Cernavodă en découvrant pour la première fois la céramique peinte de type Cucuteni en Dobrogea Centrale. C. Schuchardt, ancien directeur du Musée de Préhistoire de Berlin, publie l’ouvrage « Cernavoda, eine Steinzeitsiedlung » dans le livre « Pahistoriche Zeitschrift » (1924).

Parti Socialiste de Roumanie

Année 1919 A Cernavodă nait l’une des premiers groupes du Parti Socialiste de Roumanie. L’organisation avait le siège dans la rue Nicolae Bălcescu no. 11 et comme secrétaire général le tourneur Nicolae Anghelache.

Le monument des héros

Année 1924 On érige le monument des héros au centre-ville. Sur un piédestal se trouve une haute colonne cylindrique, entourée par une couronne de feuilles de lauriers, terminée dans un chapiteau ionique sur lequel on a fixé un aigle aves les ailes déployées. Le monument est réalisé en pierre blanche et mosaïque, et a la hauteur de 7,35 mètres. Sur la façade principale du monument se trouve l’inscription suivante: “Les citoyens de Cernavoda, pour l’honneur et la glorification éternelle des héros morts pour la réunion du peuple roumain. 1916-1918”. L’auteur de ce monument est le sculpteur de Cernavoda d’origine italienne, Pietro D’Elia. Pendant les travaux au Canal Danube – Mer Noire des annees ’50, le monument est sérieusement détérioré, mais en 1974, par une autre initiative civique, il est complement restauré par Antonio D`Elia, fils de Pietro D`Elia. A la même époque on a ajouté sur le monument aussi le nom des héros de Cernavoda morts dans la Deuxième Guerre Mondiale.

Pendant presque un siècle “l’aigle du parc”, comme il est nommé par la population, a été un vrai pont entre les époques. Les dames de la période d’entre-deux-guerres se sont promenées autour du monument, tout comme les jeunes gens du XXIe siècle, et a sa base ont lieu, toute année, toutes les fêtes de commémoration d’habitants de Cernavoda.

La raffinerie Columbia

Année 1928 La raffinerie Columbia – Cernavodă est a cette date l’une des principales raffineries du pays, en produisant 10.000 wagons de divers dérivatifs du pétrole par an.

La revue „Cernavoda – Organisme de la défense de Dobrogea sur la rive du Danube”

1928-1929 Apparait la revue „Cernavoda – Organisme de la défense de Dobrogea sur la rive du Danube”. Elle apparait deux fois par mois, sous la gestion d’une comité similaire a celui de La Jeune Dobrogea, avec une dimension de 64×48 et a un prix de 2 lei/mois ou 100 lei/an. Elle présente en général le mouvement ouvrier de la ville. On garde seulement deux numéros, du 1 et 15 février 1929, a la Bibliothèque de l’Académie Roumaine.

Le premier syndicat professionnel de Cernavodă.

Le 8 mars 1930 On constitue, par sentence judiciaire, „L’Union / Unirea” – le premier syndicat professionnel de Cernavodă. Le premier comité du syndicat „Unirea”: Ion Comşa – président; Ion Ganea – secrétaire et Simion Drăghici – caissier.

Le premier match de football de la ville de Cernavodă

Le 30 aout 1930 A lieu le premier match de football de la ville de Cernavodă: Mercur Cernavodă – Medgidia 6-0.

Désarmement des troupes allemandes

23-30 aout 1944 Les officiers de la Capitainerie Cernavodă, avec le Régiment 2 gardes-frontière, participent au désarmement des troupes allemandes et l’amarrage des navires dans les zones Hinog, Seimeni et Rasova.

Le 27 aout 1944

Le 27 aout 1944 Entre les heures 18-22, 7 groupes de 5-6 vaisseaux allemands qui venaient de la direction de Hârşova ont bombardé Cernavodă. L’attaque a été rejetée avec de grandes pertes pour les Allemands. Pendant le même jour on reçoit, de la reconnaissance aérienne, l’information qu’une grande colonne allemande, par des moyens auto et hypo, se dirige vers Cernavodă. Ils ont réussi a désarmer la colonne, et un groupe de chasse du commandement des forces fluviales capture 14 remorqueurs, 2 chaloupes, 60 barges et les désarme. A Cernavodă on a capturé 10.500 soldats allemands, un général, 400 officiers supérieures, vaissaux fluviaux, armement lourd et auto véhicules.
13 militaires sont morts en lutte et 180 blesses.

Le Corps 13 blindés soviétiques entrent en Cernavodă

Le 30 aout 1944 Le Corps 13 blindés soviétiques entrent en Cernavodă. Les vieux racontent que les Russes ont commis des atrocités contre la population civile pour la raison que leurs familles ont été tuées par des soldats roumains.

Le 15 octobre 1948

Le 15 octobre 1948 Les autorités communistes décident de changer le nom du pont sur le Danube du „Charles le Premier” en „Anghel Saligny”. Les ouvriers chargés d’effacer le nom du firmament du pont a été très difficile a cause des matériaux utilisés par l’ingénieur. On a enlevé aussi les emblèmes royales en bronze et aussi les lions imposants.

L’une des plus noires périodes de l’histoires de la ville

Les années 1950-1953 L’une des plus noires périodes de l’histoires de la ville. Apres les expropriations forcées du régime communiste on démolit l’entière part basse de la ville avec les plus importants bâtiments: le caserne de Gardes-frontière, l’usine „9 Mai”, La Gare Cernavoda Ville, le Tribunal de Première Instance Cernavodă, l’hôtel Bristol, les moulins „Vasile Roaită” et „Avântul”, les entrepôts de bois et de céréales, la marché de la ville, le stade et plus de 136 maisons privées.

Le Canal Danube-La Mer Noire

Année 1974 On reprend les travaux de construction du Canal Danube-La Mer Noire.

Année 1979

Année 1979 On commence l’exécution des travaux de doublage de l’Ensemble de Ponts Anghel Saligny avec un nouveau pont qui contient, a part le chemin de fer, la route pour automobiles.

Le projet de construction de la Centrale Nucléaire

Le 9 Mai 1978 On analyse et approuve le projet de construction de la Centrale Nucléaire de Cernavodă.

La Centrale Nucléaire-Electrique Cernavodă

Janvier 1979 On établit la filiale RENEL, „La Centrale Nucléaire-Electrique Cernavodă” (CNE) et l’Entreprise de Constructions Centrales Nucléaires-Electriques – la première et l’unique firme de constructions a ce spécifique du pays.

Le Groupe de Chantiers Nuclearmontaj

Année 1980 On constitue le Groupe de Chantiers Nuclearmontaj (Montage Nucléaire) – pour le montage mécanique des systèmes d’équipements et tuyaux de la première centrale nucléaire de Roumanie.

On définitive les nouveaux ponts

Le 16 décembre 1982 On définitive les nouveaux ponts routiers et de voie ferrée sur le Danube et le bras de Borcea.

On inaugure le Canal Danube –Mer Noire

26 Mai 1984 On inaugure a grand faste le Canal Danube –Mer Noire. Le premier convoi de barges, ayant en tête un vaisseau sur lequel se trouvait le Président Nicolae Ceauşescu, passe par l’écluse d’Agigea. La construction a duré 8 ans avec la participation de plus de 300.000 ouvriers.

Le 21 Juin 1991

Le 21 Juin 1991 On approuve le plan d’urgence pour l’amélioration des conditions d’hébergement, sociales et de vie de la ville de Cernavodă.

Le trophée „L’Arc de Europe”

Année 1992 CNE S.A. reçoit de l’Espagne le trophée „L’Arc de Europe” pour la qualité de l’enveloppe du réacteur no. 1. Pour la même réalisation CNE va recevoir en 1994 aussi le Prix ARACO.

Le Lycée a Profile d’Energie Nucleaire

Le 30 Mars 1993 – On fonde le Lycée a Profile d’Energie Nucleaire.

Nouvel hôpital de Cernavoda

En Septembre 1994 Au nord de la ville, sur un terrain pris de la réservation d’arbres fruitiers, commencent les travaux au nouvel hôpital de Cernavoda. L’hôpital va être en fait un complexe sanitaire composé d’hôpital a 100 lits, polyclinique, station de préparation, centrale thermique propre, centrale d’oxygène et statons de sauvetage.

Le premier réacteur de la Centrale Nucléaire de Cernavodă

En Décembre 1996 Le premier réacteur de la Centrale Nucléaire de Cernavodă entre en exploitation.

Le nouveau complexe sanitaire de la ville de Cernavodă

Année 2002 On finalise complètement le nouveau complexe sanitaire de la ville de Cernavodă. Le complexe est l’un de plus modernes du pays, étant aussi conçu pour prendre les victimes d’un éventuel accident nucléaire. L’inauguration a été faite en présence du président de la Roumanie de l’époque, Ion Iliescu.

On inaugure le Pont Sainte Marie

Le 15 aout 2002 On inaugure le Pont Sainte Marie, qui lie la ville de la gare ferroviaire Cernavoda Pont, l’Autoroute A3, la voie nationale DN22. L’inauguration a eu lieu en présence d’Adrian Năstase, le Premier Ministre de l’époque et de Gheorghe Hânsă, maire de la ville de Cernavodă. Les travaux ont commencé en aout 1995, sur deux chantiers: l’un pour l’infrastructure et l’autre pour les tabliers. Il a été construit en Roumanie et a un poids de 1.500 tonnes. La plupart des travaux ont été réalisés de manière mécanisée, et ainsi seulement 100 gens ont travaillé effectivement a la construction. Le pont a une longueur de 550 mètres et est construite en poutre continue Nielsen. Dans le monde il y seulement deux autres ponts réalisés avec une telle poutre, l’un en Norvège et l’autre aux Etats Unis. Les amorces utilisés ont été importés de la Grande Bretagne, car on a besoin d’une forte protection, tout point de rouille pouvant mener a des fissures irrécupérables. Le travail, qui a couté 20 milliards de lei, est unique en Europe comme méthode de construction.

Le 3 Juin 2006 On fonde le premier musée de la ville.
Le deuxième réacteur de la Centrale Nucléaire

En Septembre 2007 On met en fonction le deuxième réacteur de la Centrale Nucléaire de Cernavodă.

La ville de Cernavodă elle se lie en jumelage avec la ville Krsko

En Juillet 2008 La ville de Cernavodă elle se lie en jumelage avec la ville Krsko de Slovénie. La conclusion de l’accord a été réalisée sur le plateau du Campus Scolaire de la localité, ou ont participé plus de 200 personnes, les hôtes étrangers et des citoyens de Cernavodă. L’accord vise l’établissement et intensification des relations de collaboration entre les deux villes. La coopération va consister en échanges d’informations et expériences dans les domaines suivants : administration publique, éducation, jeunesse, sport et culture, commerce et industrie, etc. Conformément a l’accord de jumelage signé, les parties vont organiser chaque an des consultations ou rencontres pour les réunions pour le bilan des actions réalisées et l’élaboration de projets de perspective.